Cheyenne en automne.

Du haut de ses 15 ans, Charley Thompson a vite compris que la vie ne lui ferait pas de cadeaux. Fraîchement débarqué à Portland, où son père pense pouvoir enfin trouver un travail stable, son quotidien n’est qu’une lutte constante pour la survie. Ne pouvant subsister avec les maigres dollars que lui donne de temps en temps son père, Charley n’a pas d’autres choix que de voler à l’étalage pour calmer sa faim. Au cours de ses errances solitaires, il croisera le chemin de Del, un vieil homme alcoolique qui gère une écurie minable de chevaux de courses. De ranchs sordides en hippodromes de seconde zone, Del navigue d’une course à l’autre, dopant ses chevaux à grands renforts de médicaments, organisant des petites arnaques, usant ses animaux sans scrupules jusqu’à ce qu’ils rendent l’âme. Même si le travail qu’on lui confie est éreintant, pour Charley c’est l’occasion rêvée de gagner enfin un peu d’argent. D’autant qu’il se prend d’affection pour Lean on Pete, un cheval noir au front tâché de blanc, le plus rapide de l’écurie, à qui il se confie de plus en plus et ce malgré les mises en garde. Car dans ce milieu, comme on ne cesse de le lui répéter : il ne faut pas s’attacher aux chevaux.

Willy Vlautin, déjà remarqué pour Motel Life et Plein Nord, signe un roman lumineux et renversant. Un road movie de l’Amérique des laissés pour compte, dans l’ombre bienveillante de Steinbeck et Mark Twain. Charley Thompson est un personnage inoubliable, car malgré la violence et la stupidité qui l’entoure, il trouvera toujours la force d’avancer en refusant de se laisser aller au désespoir.

Cheyenne en automne est un bon petit coup de poing dans l’estomac, un récit qui ne tombe jamais dans la facilité du sordide ou du pathos. Quand vous l’aurez fini vous risquez d’y laisser toutefois quelques larmes.

A l’occasion de la parution de ce livre, vous trouverez à la librairie une sélection des oeuvres les plus marquantes du catalogue 13ème Note, une jeune maison d’éditions créée en 2008 et bourrée de talents qui publie entre autre des auteurs américains contemporains qui se réclament ouvertement de John Fante, Charles Bukowsky ou bien encore Henry Miller.

D’autres chroniques sont à venir !

Cheyenne en automne, Willy Vlautin, éditions 13ème Note 19.50 €.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :