Un certain M. Piekielny

Il y a plusieurs manières d’aborder la rentrée littéraire. On peut la subir et se noyer d’effroi devant la masse d’encre et de papier, devant ces centaines de romans d’auteurs célèbres ou débutants, ou on peut l’aborder de manière joyeuse, comme une chasse au trésor où il faut trier, commencer, effeuiller, fureter, piocher, dénicher, refermer, retourner, recommencer… Alors on profite des douces soirées d’été pour glisser entre les mots, s’immiscer dans l’intimité ou la créativité d’inconnus. On laisse de côté les bonnes copies sans âme, les arnaques et les fabrications, ceux qui n’ont rien à dire ou ne savent pas écrire. Et on trie, commence, effeuille, furète, pioche, déniche, referme, retourne, recommence…

Souvent on profite d’un moment de calme à la librairie, et on essaie sans trop y croire le nouveau roman d’un auteur dont on a entendu du bien, ou celui qu’il serait bon de lire. Souvent ça ne marche pas du tout. On rit ou on grimace, et on se dit : « non, ce n’est vraiment pas possible ! »

Mais parfois, ça marche.

Difficile de dire à quel moment, à quel juste moment, le déclic se fait. Une phrase, au milieu, au début, un paragraphe… Alors on s’installe dans le fauteuil et on commence. Et quand un client entre et vous surprend plongé dans votre livre, vous souriez car vous savez que vous le retrouverez ce soir (le roman, pas le client!) et qu’il y a de fortes chances pour que vous vous soyez fait un nouvel ami.

Cela m’est arrivé des dizaines de fois.

Cela m’est arrivé cet été.

Maintenant je vais vous parler d’un certain M. Piekielny.

Ce personnage évoqué dans La promesse de l’aube, l’autobiographie (ou présentée comme telle) de Romain Gary, l’écrivain François-Henri Désérable est parti à sa recherche. Un peu par hasard semble-t-il, lors d’un séjour à Vilnius, lors d’une déambulation qui l’a amené devant le n°16 de la rue Grande-Pohulanka, où Roman Kacew (pas encore Gary), a passé une partie de son enfance.

M.Piekielny a-t-il existé ou n’est-il que le fruit de l’imagination de Romain Gary ? D’archives manuscrites en rencontres fortuites, peu à peu va se dessiner la vie de cet homme modeste et effacé, pris dans les cauchemars de l’Histoire.

De rebondissements en coups de théâtre, l’auteur esquisse sa vie, ce qu’elle aurait pu être, ce qu’elle a été, ce qu’elle ne sera jamais… Et c’est tout le miracle de ce livre, d’être emporté et ému par une vie imaginaire, par un homme qui par la grâce d’une plume, finit par exister.

Mais derrière M. Piekielny se cache l’un des grands écrivains français du XXième siècle. Un auteur complexe et insaisissable, mais aussi un homme d’action, un mondain, un fils marqué à vie par l’amour déraisonné de sa mère, à laquelle il ne cessera de rendre hommage.

Je n’ai jamais lu La promesse de l’aube.

Mais depuis que j’ai découvert Un certain M. Piekielny, j’ai l’envie irrésistible de m’y plonger. Jamais un auteur ne m’aura autant donné envie d’en découvrir un autre. Mais si je pense à M. Piekielny, si je pense à Romain Gary, je n’oublie pas M. Désérable car c’est un écrivain doué et sensible. Son livre merveilleux est tout à la fois une quête de vérité, une fable astucieuse mais aussi une réflexion sur la fiction, le pouvoir des mots et la force de l’imagination. Faut-il rêver nos vies pour être au plus près de la vérité ?

Lisez, et vous saurez.

Frédéric.

François-Henri Désérable est aussi l’auteur d’Evariste et de Tu montreras ma tête au peuple, tous deux publiés chez Gallimard.

« La nuit des temps est pleine de mères admirables, inconnues, ignorées, entièrement inconscientes de leur grandeur comme le fut ma mère. Il est vrai qu’elle était exceptionnelle par le panache, par la couleur, la flamboyance, mais pas par l’amour. Elle était dans le peloton de tête, c’est tout. Les mères, ce n’est jamais bien payé, vous savez. La mienne, au moins, a eu droit à un livre. »

piekielny

Un certain M. Piekielny, François-Henri Désérable, éditions Gallimard 19.50 €

Ils vont tuer Robert Kennedy

Ils étaient nombreux à vouloir la mort des Kennedy.

Le complexe militaro-industriel pour qui la guerre du Vietnam naissante était une aubaine. La mafia malmenée et trahie par Robert, dont le père était pourtant autrefois un fidèle allié. Les anti-castristes et les survivants de la Baie des Cochons, que J.F.K. n’a pas soutenus. Fidel Castro lui-même, qui sait ?

De l’attentat de J.F.K. on sait tout, et pourtant on ne sait rien. Des dizaines de témoins, des centaines de policiers présents… et même un film ! Et pourtant, on ne sait rien.

De l’attentat de Robert Kennedy, le frère, on sait tout, et pourtant l’enquête est bâclée et vite expédiée. Et au final, rien ne colle. Le nombre de tireurs, les armes et les munitions utilisées, les témoignages discordants. Il faut une sacré dose de bonne volonté pour accepter la version officielle.

Ce que refuse justement le narrateur du nouveau roman de Marc Dugain. Persuadé que la mort suspecte de ses parents est liée à celle de Robert Kennedy, il enquête, interroge, rouvre des dossiers maudits, ceux d’une époque où les Etats-Unis étaient au bord de la guerre civile, où régnait la peur du communisme et d’une confrontation nucléaire avec l’URSS. Du projet top-secret MK-ULTRA de la CIA (en partie dé-classifié depuis) visant à contrôler des individus et des populations via l’usage du L.S.D et de l’hypnose, en passant par les dessous du catastrophique débarquement de la Baie des Cochons, sans oublier l’assassinat de Martin Luther King ou bien encore les magouilles mafieuses des Kennedy… Tout est là.

A travers cette enquête empreinte de folie et de paranoïa, le roman évoque avec une juste émotion la vie de Robert Kennedy, héritier bien malgré lui d’une grande dynastie politique, du jour de l’assassinat de son frère jusqu’à sa propre exécution. C’est un portrait touchant qui se dessine alors, celui d’un homme qui se savait condamné et qui pourtant n’a pas voulu renoncer.

N’y allons pas par quatre chemins : Ils vont tuer Robert Kennedy est du grand Marc Dugain. Un roman puissant et magistral, une politique-fiction sans faille et à la narration très aboutie. Et si une fois le livre refermé les questions pour l’essentiel demeurent, le fait d’avoir ne serait-ce qu’effleuré l’ombre de la vérité suffit à donner le vertige.

dugain_zpshgfajhes

Ils vont tuer Robert Kennedy, Marc Dugain, éditions Gallimard 22.50 €

Lectures du début d’année !

Malgré une rentrée littéraire relativement discrète, ce début d’année est riche en découvertes et il nous paraît utile de vous faire partager une sélection de nos plus beaux coups de cœur.

On commence avec Une bobine de fil bleu d’Anne Tyler (Phébus), une grande fresque familiale américaine s’articulant autour de trois générations. On s’attache très vite à cette famille pas comme les autres (et en même temps très proche de nous) aux personnages forts : la mère qui perd progressivement la tête, le fils prodigue et ingrat, le père bricoleur et têtu… L’auteure à l’art et la manière de déconstruire les mythes familiaux avec une finesse rare et nous mène avec malice par le bout du nez. Tantôt sérieux et émouvant, tantôt drôle façon Woody Allen, vous prendrez un grand plaisir à lire ce roman et à détricoter cette mystérieuse bobine de fil bleu…

bobinefilbleue_zpsc3gfpr0h

Poursuivons avec Le dimanche des mères de Graham Swift (Gallimard). Autre ambiance, nous voici plongés dans l’Angleterre de la fin des années 20, au cœur de l’aristocratie déclinante. En ce temps là, chaque année les domestiques avaient le droit de prendre une journée pour rendre visite à leur mère le temps d’un dimanche. Mais Jane, elle, est orpheline. Elle passera donc cette journée en compagnie de son amant, un homme de bonne famille, et vivra l’une des expériences les plus fortes de sa vie qui la transformera à jamais. Livre doux et épuré, réflexion sur la fin d’un monde, hommage à la lecture et à l’écriture, ce court roman est comme un tableau miraculeux dont on arriverait pas à détourner les yeux.

Avec Article 353 du code pénal (Minuit), Tanguy Viel livre un roman aussi prenant que glaçant. Un homme raconte dans le bureau d’un juge les raisons qui l’ont amené à tuer. On découvre alors comment toute une petite ville de Bretagne est tombée sous la coupe d’un escroc, qui non content d’avoir ruiné la commune, a fait sombrer toute une population dans le désespoir. En décortiquant tous les rouages d’une escroquerie aussi grossière que banale, Tanguy Viel explore avec brio les mécanismes de la manipulation, l’emprise et l’humiliation qui en découlent. Une tragédie humaine sous la forme d’un huis-clos palpitant.

tanguy_zpsjuis1arh

Imaginez maintenant un monde où tout semble vaciller : plus d’électricité ni d’essence et des rumeurs inquiétantes qui font fuir les gens… Serait-ce le nôtre dans un futur proche ? C’est en tout cas le monde que doivent affronter Nell et Eva, deux sœurs qui vivent au cœur d’une forêt, témoins d’une civilisation en train de s’effondrer. Bienvenue Dans la forêt, le formidable et hypnotique roman de Jean Hegland (Gallmeister) et préparez-vous à une lecture fascinante et inoubliable !

danslaforet_zpsxhmkdefs

Nous vous recommandons aussi La terre qui les sépare (Gallimard), le grand livre d’Hisham Matar. L’auteur relate sous la forme d’un récit poignant la quête de vérité autour de son père enlevé et emprisonné en Lybie pour s’être opposé au régime de Kadhafi.

Du côté des romans policiers, La veille de presque tout de Victor Del Arbol (Actes Noirs) est un grand roman noir splendide et parfaitement maîtrisé, une sombre symphonie mêlant mystérieusement tragédies familiales et histoire de l’Argentine.

delarbol_zpsrsbl2uyb

Chez les américains le nouveau Kem Nunn, Chance (Sonatine), mérite le détour. S’il n’atteint pas la force de ses polars métaphysiques liés au surf, son dernier roman est un régal à lire. On y suit un prestigieux psychiatre en cours de divorce qui va faire la grave erreur de tomber amoureux d’une de ses patientes, victime du « syndrome des personnalités multiples » ! Tout en respectant les codes du genre (femme fatale, flic pourri…), l’auteur nous tient en haleine grâce à une intrigue prenante mais non dénuée d’humour.

Enfin en poche, Pitié pour leurs âmes de John Searles (10/18), est remarquable du début à la fin. Sylvie Mason est témoin du meurtre de ses parents, un couple d’exorcistes devenus célèbres. Il lui faudra affronter sa mémoire et sa sœur aînée pour tenter de comprendre tous les secrets qui hantent sa famille. Sans jamais sombrer dans le fantastique, ce polar est si haletant qu’il ne vaut mieux pas le commencer avant d’aller au lit !

pitieame_zpszasgrc6q

Tous ces livres sont disponibles à la librairie et n’attendent que vous !