L’Heure du Roi

En ce début d’année, un livre est sur toutes les lèvres : Indignez-vous ! De Stéphane Hessel. D’après le magazine Livres Hebdo, le tirage aurait atteint les 950 000 exemplaires, ce qui est rare pour un livre de ce type. Preuve en est qu’en ces temps que l’on dit « difficiles », le livre est une source d’espoir, d’inspiration, et une porte sur un avenir meilleur.

Je profite de cette occasion pour rebondir sur un autre « petit » livre, à paraître le 13 janvier dans la collection de poche des éditions Viviane Hamy : L’Heure du Roi, de Boris Khazanov. Ce roman russe de 100 pages a longtemps circulé sous le manteau dans l’ex-URSS, avant d’être finalement publié en Allemagne, puis chez nous grâce à la merveilleuse traduction d’Elena Balzamo.

Il raconte l’invasion des troupes allemandes pendant la seconde guerre mondiale d’un minuscule royaume imaginaire. L’affaire est vite bouclée, sans affrontements, et l’occupation est aussitôt mise en place. Et bien évidemment les mesures qui vont avec : installation d’un régime totalitaire et déportation des juifs. Le roi, vieillissant et placide, laisse les choses se faire et se rend compte que son pays lui échappe. Il fait alors un rêve étrange et sombre, qui lui apportera un sursaut de conscience. Cela lui donnera le courage de faire un geste simple mais lourd de symbole, qui sauvera son pays (et lui-même) de la honte.

Alors l’indignation est une chose, mais comme le dit la traductrice dans sa postface : « Se sentir libre ne suffit pas, il faut agir en homme libre ». Je vous invite donc à lire ce magnifique récit de Boris Khazanov, simple mais juste. Entre sagesse, action et réflexion, L’Heure du Roi est le livre idéal pour commencer cette nouvelle année.

Au passage je vous souhaite à tous, chers amis lecteurs et clients, une bonne année 2011 !

Frédéric.

L’Heure du Roi, Boris Khazanov, à paraître le 13 janvier dans la collection de poche « BIS » aux éditions Viviane Hamy, 7 €.

  1. Un véritable petit joyau, ciselé dans une prose élégante et limpide. Pas de démonstration ni de réponses toutes faites mais des questions de morale politique subtilement adressées à chacun.
    Le style (et la traduction) sont remarquables :
    « Le cours des évènements, pas plus que la trajectoire des astres, ne dépend de personne, bien sûr. Sommes-nous pour autant impuissants devant cet ultimatum perpétuel ? L’impuissance nous décharge de notre responsabilité, mais envers qui ? En vers les autres, mais nullement envers nous-même. »
    Merci mille fois pour cette intriguante chronique et cette très belle découverte, et longue postérité au roi Cédric !

    • Bonjour Erika et merci pour votre commentaire.
      C’est un vrai plaisir de découvrir de tels bijoux, on a l’impression d’être des lecteurs privilégiés. Il faut faire circuler ce livre, l’offrir, le message qu’il porte en vaut la peine. J’aime son côté humaniste et il a indéniablement la simplicité des grands textes ! La traduction est superbe, on croirait volontiers que le texte a été rédigé en français. Longue vie au Roi Cédric !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :