Le Front Russe

Non ne partez pas ! le Front Russe n’est pas un énième roman sur la seconde guerre mondiale (ouf !), mais un joyau d’humour comme on en fait plus, un roman qui fait tellement rire qu’il vous fait passer pour un idiot dans le métro ou au restaurant, et qui vous colle un sourire en coin toute une semaine au risque de semer le trouble parmi vos collègues.

Vous rêvez de voyages, d’aventures, de jouer les hommes de l’ombre de la diplomatie française ? Alors faites comme le narrateur et devenez fonctionnaire au Quai d’Orsay ! Mais évitez dès le début de vous mettre à dos le chef de cabinet, car sinon vous serez affecté au service « Bureau des pays en voie de création / Section Europe de l’Est et Sibérie. » Et là, adieu les voyages et les joies de la diplomatie, bienvenue dans Le placard du ministère, entouré de collègues à moitié fous ou dépressifs, fonctionnaires zombies mi-planqués mi-sacqués, qui gèrent tant bien que mal leur ennui et la misère de leur travail.

Il y a tellement de choses à dire qu’on ne sait pas par où commencer : L’enfance sordide du narrateur dont les points culminants sont la contemplation d’une tapisserie très typée « années 70 », et une collection de « Géo » savamment entretenue ? Une scène très sensuelle où il est question d’un chien qui s’appelle Youki et d’une truffe humide ? Un chef de service pas très net qui parle comme un sergent instructeur ? Une collègue dont le territoire exclusif est la photocopieuse ? Un pigeon mort mort dur à enlever qui remet en question les lois sur les marchés publics ?

Après tout ce roman ne fait que 252 pages (c’est trop court, on aimerait pouvoir continuer à rire ça fait tellement de bien !) alors inutile de tout raconter en détails. Sachez juste qu’il est très bien écrit, que le regard porté sur les fonctionnaires n’est ni méchant ni gratuit, mais empreint d’une certaine tendresse. Qu’il est à  la fois drôle et tragique (enfin pas trop, mais tout de même quelle enfance pathétique !), sans oublier son côté instructif qui vous apprendra tout un tas de nouveaux noms de pays de l’est émergents (ou non) que vous pourrez ensuite placer habilement lors des soirées de l’ambassadeur.

L’auteur s’appelle Jean-claude Lalumière (ça ne s’invente pas), son roman Le Front Russe et c’est aux éditions Le Dilettante. C’est brillant, c’est tordant, c’est mordant, c’est formidable, indispensable et ça fait voyager (enfin juste un peu).

Le Front Russe, Jean-Claude Lalumière, éditions Le Dilettante 17 €.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :