Rien que la mer. Rencontre avec Annick Geille samedi 8 octobre.

Quelque part en Bretagne, dans un restaurant d’une station balnéaire, une femme attend le retour de son mari parti s’absenter quelques minutes. Il ne reviendra pas. Elle est abandonnée, quittée sans autre explication que le silence.

Soixante ans plus tôt, à Mers el-Kébir, un jeune marin assiste impuissant à l’un des drames les plus cruels et absurdes qu’a connu la Marine Française. En juillet 1940, alors que la flotte s’est réfugiée dans un port en Algérie, elle sera piégée et coulée par la Marine Britannique sur ordre de Churchill qui craignait qu’elle tombe aux mains des allemands. Les marins français, faute d’ordres de leur hiérarchie, refuseront de se livrer ou de se saborder. Plus de 1300 marins français mourront, un seul navire parviendra à s’échapper grâce à une audacieuse manoeuvre.

Inspirée par son histoire familiale, celle de son père, Annick Geille nous livre un roman bouleversant en deux temps, deux récits, deux époques qui finissent par se rejoindre. Il y a une femme laissée au bord de la route comme un animal, qui doit continuer à vivre, comprendre ce qui lui arrive pour mieux se réinventer. Et il y a un homme qui restera toute sa vie prisonnier de sa mémoire, inconsolable et taciturne.

Tandis que l’histoire intime recoupe la grande histoire, Annick Geille sait aussi faire preuve de lucidité. En abordant sans fausse pudeur la difficulté d’être une femme dans notre société passé un certain âge, elle se montre d’une belle acuité sans pour autant négliger le romanesque. Son écriture lumineuse accompagne de la plus belle façon ses personnages dans leur introspection et leur quête de sens. Quant à la mer, magnifiquement décrite, nous l’entendons et la ressentons au plus profond de nous durant toute la lecture du roman. Nous en comprenons ainsi toute l’importance pour ces deux personnages. Pour elle ce sera un puits d’énergie et une porte vers une nouvelle vie, et pour lui une éternelle consolation teintée de mélancolie.

Roman des naufrages, Rien que la mer est avant tout un récit juste et porteur d’espoir.

Nous vous invitons à découvrir ce roman de la rentrée littéraire lors d’une rencontre exceptionnelle samedi 8 octobre à la librairie à partir de 19h. Nous aurons la joie d’accueillir l’auteure pour un débat à la librairie (une fois la boutique fermée) suivi d’un apéritif dinatoire.

Si vous souhaitez participer, nous vous remercions de nous confirmer votre venue au plus tard le vendredi précédant la rencontre, par mail ou par téléphone, afin que nous puissions au mieux organiser l’événement.

Rien que la mer, Annick Geille, éditions La Grande Ourse 19 €.

  1. Bonjour, merci de nous inviter pour cet évènement littéraire, nous serons là avec grand plaisir. Nous serons deux. Amicalement. Michèle Delabbaye

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :