Les vies multiples de Jeremiah Reynolds

Connaissez-vous l’incroyable destin qui fut celui de Jeremiah Reynolds ? Avec son dernier roman, l’écrivain Christian Garcin nous fait découvrir, avec une malice et une jubilation non dissimulées, le parcours de cet homme : tour à tour navigateur, aventurier, écrivain ; sur à peine trois décennies dans la première moitié du XIXè siècle, il accomplira un demi-tour du monde, voyagera jusqu’en Antarctique, combattra aux côtés des Indiens Mapuches du Chili… Bref, un personnage hors du commun, étonnamment tombé dans l’oubli.

Début du XIXè siècle : nous sommes à une époque d’expéditions terrestres et maritimes, où théories scientifiques et projets commerciaux se conjuguaient au cœur de voyages – souvent très périlleux – à l’autre bout du monde. C’est dans ce contexte que Jeremiah Reynolds, jeune homme audacieux, charismatique et surtout incapable de rester en place, décide de faire de sa vie une aventure permanente, dédiée aux rencontres, aux découvertes et dangers de mille sortes. Sa route va croiser celle de personnages illustres, insolites, fantasques : John Cleeves Symmes Jr, ardent défenseur de la « théorie de la Terre creuse » (hypothèse selon laquelle la Terre posséderait une surface interne habitable, et accessible par les pôles Nord et Sud), l’écrivain Edgar Allan Poe, avec qui il entretiendra une forte amitié, mais aussi Samuel L. Lewis, chasseur de baleines en Patagonie, qui lui confiera son unique obsession : vaincre un cachalot géant, présumé indestructible, et surnommé… Mocha Dick. A partir de cette confession, Jeremiah Reynolds, des années plus tard, écrira un livre dont Melville s’inspirera peut-être pour la rédaction de son chef d’œuvre, Moby Dick.

A travers ces Vies multiples de Jeremiah Reynolds, Christian Garcin, en amoureux des contrées lointaines, des mystères et de la littérature, nous offre un roman que n’aurait pas renié Jules Verne : ici, les théories scientifiques aussi extravagantes que poétiques font l’objet de périples insensés, les créatures mythiques fascinent les hommes au-delà de la raison, et les plus folles équipées se décident sur une simple poignée de main au fin fond d’une taverne à Valparaiso… Un passionnant récit mêlant aventures et utopies, raconté le plus simplement du monde, dans une langue limpide, discrète, presque murmurée. Et avant tout, un bel hommage aux pouvoirs du rêve, de la fiction et du désir d’ailleurs.

Les vies multiples de Jeremiah Reynolds, Christian Garcin, Editions Stock, 17 €.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :