Arrêtez-moi là !

Jeffrey Sutton est un chauffeur de taxi comme il en existe des milliers aux Etats-Unis. Travailleur fatigué qui peine à joindre les deux bouts, conscient de ses maigres perspectives d’avenir, il lui reste malgré tout une certaine naïveté et une bonne dose de gentillesse. Aussi quand des inspecteurs de police viennent le chercher chez lui pour l’emmener au commissariat en l’accusant de kidnapping, Jeffrey pense à un malentendu ou à une simple erreur sur la personne. Mais il se rend vite compte que les choses ne vont pas aller en s’arrangeant, car pour la police il n’y a plus rien à ajouter : le dossier est clos.

« Mais toutes mes illusions sont pulvérisées l’une après l’autre, et je dois accepter sans cesse de nouvelles réalités. Je ne retrouverai pas Charlie au bar. Je ne serai pas chez moi pour dîner. Ces types pensent vraiment que j’ai fait ça. Pour eux, ce n’est pas le début de l’enquête c’est la fin. »

Défendu par un avocat commis d’office aussi minable qu’inexpérimenté, Jeffrey est incarcéré et risque tout simplement la peine capitale.

Iain Levison, L’auteur d’Un petit boulot et de Tribulations d’un précaire, revient ici à son meilleur niveau. Toujours plus lucide, plus impitoyable sur les travers de son pays, il ne délaisse pas pour autant son sens de l’humour qui fait tout son style. En témoigne les dialogues absurdes mais effrayants que son personnage tient avec Robert, un tueur psychopathe, avec qui il partage le couloir de la mort. Portrait affligeant d’une justice et d’une police fainéantes, qui bâclent les affaires, quitte à fabriquer ou arranger certains éléments pour en faire des preuves, Arrêtez-moi là ! est un roman grinçant où l’on passe du rire à la peur, et dont la fin est particulièrement réussie. Mais ne vous croyez pas à l’abri : tout le monde peut être victime d’une erreur judiciaire.

« Si j’ai appris quelque chose de tout ça, c’est qu’il ne faut jamais toucher aux fenêtres des gens. »

Arrêtez-moi là ! Iain Levison, éditions Liana Levi 18 €.

Et parce que vous avez été sage, je vous propose une séance de rattrapage avec Un petit boulot, où comment un ouvrier licencié pour cause de délocalisation se voit contraint de devenir tueur à gages pour remplir son frigo. Un roman noir aussi jouissif que très incorrect, devenu culte au fil des années, et qui n’a rien perdu de son mordant !

Un petit boulot, Iain Levison, éditions Liana Levi « Piccolo » 8 €.

Une réponse

  1. Très bon roman qui verse plus dans le grinçant que l’humour noir je trouve. Et tu as bien raison de rappeler « Un petit boulot » qui, dans un autre style, est tout aussi décapant!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :