Le dernier arbre

1923. Au cœur d’une nature à l’état brut, non loin de la Nouvelle Orléans mais sur des territoires bien moins civilisés, se dresse la scierie Nimbus. Véritable microcosme régi par ses propres règles, elle sera le décor des retrouvailles de Randolf et Byron Aldridge, deux frères qu’alors tout oppose. L’ainé, Byron, vit retranché là depuis son retour de la guerre en Europe. A demi fou, s’enivrant de whisky et de vieilles ballades irlandaises, c’est pourtant lui qui a la charge de faire respecter l’ordre parmi une population majoritairement masculine, violente et parfois sans limites. Ce qu’il fait, à sa manière.

Chargé par son père de ramener Byron à la raison et à une situation plus honorable, Randolf devient le nouveau directeur de l’exploitation forestière…

Que reste-t-il de la complicité fraternelle des jeunes années lorsque la guerre, les désillusions et la pression familiale, ici paternelle, viennent séparer deux frères qui se croyaient unis pour longtemps?

Après deux romans et un recueil de nouvelles, Tim Gautreaux, déjà considéré par certains comme le «Conrad des bayoux », nous livre avec le Dernier arbre un roman saisissant et grave habité par des personnages certes désenchantés mais ô combien humains!

Le dernier arbre, Tim Gautreaux, éditions du Seuil 22 €.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :