Petit florilège de la rentrée littéraire Acte II

Poursuivons notre tour d’horizon de cette rentrée littéraire !

Retour en France avec Lionel Salaün. Souvenez-vous, Le retour de Jim Lamar, c’était lui ! Le Bel-Air c’est ce bistrot d’une cité ouvrière de la fin des années 50 qui n’est pas nommée, où tout le monde se croise et où les ragots vont bon train. Amis d’enfance, Franck et Gérard continuent d’y passer leur temps libre, mais tandis que la guerre d’Algérie domine l’actualité, le passage de l’adolescence à l’âge adulte ne se fait pas sans heurts ni dommages. De l’amitié à la trahison, il n’y a qu’un pas à franchir, et les comptes se régleront bien des années plus tard.

Avec une écriture de plus en plus maîtrisée et élégante, Lionel Salaün franchit haut la main le cap difficile du second roman, et nous livre une belle histoire douce amère dans une France troublée.

Plonger de Christophe Ono-dit-Biot chez Gallimard est une rencontre somptueuse entre deux êtres à fleur de peau, un journaliste et une photographe qui transcendent à leur manière leur ressenti du monde et ses bouleversements.

Il y est beaucoup question d’art, de voyages et naturellement d’amour, qu’il soit tendrement filial, charnel, ou obstinément dédié à une passion, un rêve… Les mots de l’auteur disent à merveille le bonheur comme la douleur, l’intime mais aussi l’universel. Impressionnant et magnifique !

Partons maintenant en direction de l’Ukraine, plus précisément dans la ville de Pripiat, construite à l’ombre de la centrale de Tchernobyl, désormais zone interdite. C’est dans ce no man’s land où les compteurs geigers s’affolent que nous emmène Javier Sebastian avec son roman Le cycliste de Tchernobyl. En s’inspirant de la vie de Vassili Nesterenko, physicien russe spécialiste du nucléaire, qui fut traqué par le KGB pour avoir voulu révéler à ses compatriotes les conséquences réelles de la catastrophe, le romancier espagnol livre un récit à la fois formidable et terrifiant. Tout en rendant hommage aux « samosiol », ces habitants désespérés revenus s’installer au coeur de la zone irradiée, l’auteur dresse un bilan effroyable et sans appel du désastre sanitaire provoqué par le nucléaire dans le monde. Bien que romancé, l’histoire s’appuie sur des faits réels et la narration est sans cesse enrichie de documents et d’études qui fustigent le grand mensonge russe sur la réalité de la catastrophe, démontrant à quel point l’industrie nucléaire n’est qu’une immense bombe à retardement.

A présent changeons de continent…

Publié aux éditions Denoël, le roman de Jocelyne Saucier  est à l’image de son titre : subtil et poétique.

Une photographe arpente les grands espaces canadiens à la recherche de l’un des derniers survivants des terribles incendies ayant ravagé au début du 20ème siècle la région québécoise du Témiscamingue. En lieu et place de cendres et de désolation, elle y découvre une petite communauté de doux dingues âgés et marginaux, cachés là pour y vivre à leur guise leurs dernières années.

Jocelyne Saucier célèbre avec ses drôles d’oiseaux la nature et l’humain, la vie et la fin de vie.

Un vrai moment de grâce.

Terminons en beauté notre tour du monde de la rentrée littéraire avec L’autre côté des docks, le roman de l’américaine Ivy Pochoda, qui se déroule à New-York, enfin plus exactement à Red Hook, l’un des quartiers défavorisés de Brooklyn. De l’ancien port autrefois prospère il ne reste plus qu’une longue série de docks sombres et miteux, témoins d’un passé industriel laissé à l’abandon. Une nuit, deux adolescentes décident de tromper leur ennui en partant explorer l’East River sur un canot pneumatique. L’une d’elle ne reviendra pas. Ce drame sert de fil conducteur à un roman choral où chaque personnage, en plus de vivre la tragédie à sa manière, laisse apparaître sa fragilité. De l’épicier qui tente de faire vivre son quartier à l’artiste raté reconverti en professeur de musique, tous forment sans le vouloir une communauté marginale mais solidaire. Entre La nostalgie de l’ange d’Alice Sebold et les romans de Russell Banks, voilà une nouvelle plume sensible et remarquable.

Bonne lecture à toutes et à tous !

Bel-Air, Lionel Salaün, éditions Liana Levi 17.50 €

Plonger, Christophe Ono-Dit-Biot, éditions Gallimard 21 €

Il pleuvait des oiseaux, Jocelyne Saucier, éditions Denoël 16 €

Le cycliste de Tchernobyl, Javier Sebastian, éditions Métailié 18 €

L’autre côté des docks, Ivy Pochoda, éditions Liana Levi 22 €

  1. Bonjour. Merci pour ces propos qui Npus donnent envie!! Je n’ai paswpu aller chercher le livre commande « lac » Merci de bien vouloir le conserver encore quelques semaines. Je passerai fin octobre début décembre. Bon »quai des bulles » a vous et a votre équipe. Amicalement. Michèle Delabbaye.

    Envoyé de mon iPhone

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :