Il est encore temps !

Dernière ligne droite avant Noël !

C’est l’occasion de faire un rappel sur les incontournables de cette fin d’année.

En littérature, vous le savez sans doute, mes grands coups de coeur sont Famille modèle d’Eric Puchner (Albin Michel), un roman aussi jubilatoire qu’émouvant, mais aussi Stoner, la perle de l’année publiée aux éditions du Dilettante, admirablement traduit par Anna Gavalda (eh oui !). Vous pouvez compter aussi sur Le rêve du celte, de Mario Vargas Llosa (Gallimard), un formidable roman d’aventures qui traite à la fois de la colonisation du Congo par les belges, et de la question de l’indépendance irlandaise. Une biographie romancée réellement passionnante ! Et pour finir l’année en beauté, laissez-vous charmer par Les oreilles de Buster, de la suédoise Maria Ernestam (Gaïa). Une vraie boîte à trésors, remplie de surprises, un roman trompe l’oeil haletant et un rien grinçant !

En polar je ne reviendrai pas sur Miséricorde du danois Jussi Adler Olsen (Albin Michel), ni sur Toi seul de David Rosenfelt, et encore moins sur Un père idéal de Paul Cleave, vous n’aviez qu’à vous inscrire sur ce blog ! En revanche je ne vous ai pas encore parlé de l’excellent Satori, de Don Winslow, un polar teinté d’espionnage qui se passe en 1952 au coeur de la Chine maoïste (Lattès) ! Voilà qui est fait.

Pour les bandes dessinées, la très bonne surprise de cette fin d’année est sans conteste le deuxième tome de Quai d’Orsay (Dargaud) des compères Blain et Lanzac. Le premier tome était très bon, mais le deuxième… ah là là les mots me manquent ! C’est drôle, juste, délirant et sérieux à la fois, énorme et anthologique. Le monde se divise en deux : ceux qui ont lu Quai d’Orsay, et les autres. Sinon vous ne rêvez pas, le deuxième tome de Sasmira par Vicomte (Glénat) est lui aussi sorti. L’arlésienne de la bande dessinée, pensez-donc, il aura fallu attendre 14 ans ! Heureusement que le tome 2 est à la hauteur du premier ! Autres incontournables, le Portugal de Pedrosa (Dargaud), un voyage intimiste riche en émotions, et les Chroniques de Jérusalem de Guy Delisle (Delcourt), un peu facile mais toujours aussi savoureux.

Dans les beaux-livres, La Bretagne des photographes (Presses universitaires de Rennes) est une réussite. Un voyage dans l’histoire de la photographie, avec des reproductions magnifiques allant du milieu du XIXème siècle jusqu’à nos jours. Une merveille et un travail exceptionnel.

N’oubliez pas la librairie est ouverte tous les jours en décembre (hormis le 25 bien-sûr).

Je vous souhaite à toutes et à tous un joyeux Noël et de très bonnes fêtes !

Frédéric.

Les oreilles de Buster, Maria Ernestam, éditions Gaïa 24 €.

Quai d’Orsay Tome 2, Lanzac et Blain, Dargaud 16.95 €.

La Bretagne des photographes, la construction d’une image de 1841 à nos jours.

Alain Croix, Didier Guyvarc’h et Marc Rapilliard, éditions Presses Universitaires de Rennes 54 €.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :